Vous êtes ici : Accueil Biodiversité Faune
 
 

Faune

Si l’on considère aussi les parties préservées des forêts classées de la Haute Dodo et du Rapide-Grah, l’Espace Taï compte près de 600.000 hectares de forêt dense ombrophile. Par l’étendue des surfaces forestières contiguës, cela confère au massif des conditions privilégiées sur le plan de la faune, car plusieurs espèces de grands mammifères y trouvent un espace vital à leur mesure.

Pour des raisons d’accessibilité, les connaissances ont été principalement acquises dans les secteurs Ouest - environs de la Station d’écologie - et Sud-Ouest - site d’écotourisme, aux abords de la Hana et du mont Niénokoué. L’ouverture des transects du suivi écologique a permis de prospecter d’autres zones à l’intérieur du massif.

Selon les nombreux travaux scientifiques conduits dans le « massif protégé », la diversité spécifique est estimée comme suit (cf. listes partielles en annexe) :

  • Environ 140 espèces de mammifères (Roth & Merz 1986, in Riezebos et al. 1994) dont 43 pour les chiroptères, 15 pour les ongulés, 14 pour les carnivores, 41 pour les rongeurs, 14 pour les insectivores, 12 pour les primates, et quelques autres familles...
  • 234 espèces d’oiseaux (Gartshore 1989, in Tropenbos 1994) Les familles les mieux représentées sont les Accipitridae les « rapaces », les Alcedinidae les martins-pêcheurs et martins-chasseurs et les Bucerotidae les calaos.
  • 56 espèces d’amphibiens, (Rödel à paraître),
  • 42 espèces de reptiles.

Comme dans la plupart des aires protégées de Côte d’Ivoire, la richesse spécifique en poissons, en insectes et autres invertébrés reste encore assez mal connue. Les populations d’insectes sont toutefois diversement connues selon les recherches thématiques qui ont contribué à leur identification. Les groupes les mieux recensés à ce jour sont les suivants : coprophages (93 espèces), odonates (51), diptères Drosophilidae (109), fourmis (95), termites (44), nématodes (24).

Mais il serait cependant illusoire de vouloir donner une idée de la richesse spécifique de la faune entomologique à Taï, plusieurs dizaines de milliers d’espèces restant vraisemblablement encore inconnues, notamment chez les plus petits insectes tels les homoptères Delphacidae et Derbidae ou chez les diptères Keroplatidae.

Endémisme et rareté

L’isolement des espèces végétales ou animales dans quelques refuges forestiers lors d’un épisode climatique plus sec il y a plusieurs milliers d’années est à l’origine de l’apparition d’endémismes espèces ou sous-espèces en Afrique de l’Ouest.

  • Le Parc national de Taï abrite, pour les Primates, les sous-espèces présentes dans les forêts denses ouest africaines situées à l’ouest du Sassandra :

Sous-espèces de Primates arboricoles en Afrique de l’Ouest

Espèce "race" et localisation - en gras, la sous-espèce présente dans le « massif de Taï »
Cercocebus torquatus
Cercocèbe à collier blanc
atys à l’ouest du Sassandra
  • lunulatus entre Sassandra et Ghana
  • torquatus entre Niger et Congo
Cercopithecus
petaurista Pétauriste
buettikoferi à l’ouest du Sassandra
  • petaurista du Sassandra au Ghana
Cercopithecus mona
Mone
campbelli à l’ouest du Sassandra
  • lowei entre Sassandra et Ghana
  • mona du Ghana au Cameroun
Cercopithecus diana
Diane
diana à l’ouest du Sassandra
  • roloway du Sassandra au Ghana
Colobus polykomos
Colobe magistrat
polykomos à l’ouest du Sassandra
  • dollmani entre Sassandra et Bandama
  • vellerosus du Bandama au Ghana

Ainsi, pour beaucoup d’espèces animales, la spéciation a été favorisée par la présence des grands fleuves représentant une barrière géographique, en particulier chez ces singes arboricoles peu adaptés à la nage.

Le Pétauriste (Photo n° 6), le Diane et le Colobe magistrat sont par ailleurs endémiques d’Afrique de l’Ouest..

  • Chez les insectivores, deux espèces de musaraignes endémiques et rares de l’Afrique de l’Ouest ont pu être identifiées : Crocidura nimbae et Crocidura muricauda. Le Micropotamogale Micropotamogale lamottei est lui aussi une espèce endémique du massif forestier d’Afrique de l’Ouest.
  • Chez les Ongulés, quatre espèces endémiques du bloc forestier ouest-africain sont présentes dans le « massif protégé », trois d’entre elles ayant pu conquérir des espaces à l’est du Sassandra :
  • l’Hippopotame pygmée Choeropsis liberiensis, autrefois présent jusqu’au Bandama,
  • le Céphalophe zébré Cephalophus zebra,
  • et le Céphalophe d’Ogilby Cephalophus ogilbyi.

Le Céphalophe de Jentink Cephalophus jentinki est, quant à lui, endémique de Côte d’Ivoire et du Libéria, strictement cantonné à l’Ouest du Sassandra (Photo 3).

photo3-4

  • En ce qui concerne l’avifaune, les espèces sont presque exclusivement « éthiopiennes » avec, dans de nombreux cas, une sous-espèce typique d’Afrique occidentale. 24 espèces présentes dans le massif sont classées endémiques pour la zone forestière d’Afrique de l’Ouest, comme la Pintade à poitrine blanche Agelastes meleagridis et le Grand Calao à casque jaune Ceratogymna elata. Parmi elles, 9 espèces sont considérées comme en danger et 4 menacées d’extinction.

Parmi les espèces forestières en danger d’extinction, la Pintade à poitrine blanche Agelastes meleagridis est, de loin, la plus importante du « massif protégé de Taï » (photo 4). En effet, pour cette espèce terrestre, un seul autre site abritant une population viable est connu à ce jour le massif de Gola, en Sierra Leone.

  • Chez les amphibiens, 4 espèces sont endémiques du massif de Taï, dont peuvent être citées : Phyrnobatrachus taiensis, découverte depuis plusieurs années ; Hyperolius nienokouensis et Bufo taiensis, qui viennent d’être décrites (Rödel à paraître). Chez les reptiles, une espèce de serpent nouvellement décrite est endémique pour le massif de Taï (Rödel à paraître).
  • Parmi les espèces de mammifères, oiseaux, reptiles et gastéropodes réputées présentes dans le « massif protégé de Taï » sauf celles marquées d’un astérisque dans le tableau 8 ci-après, dont la présence reste à confirmer, 43 sont mentionnées sur la « liste rouge » de l’UICN (Ballie & Groombridge 1996).

photo3-4

Pour plus d'informations, consulter le pdf du plan d'aménagement et de Gestion